Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 mars 2017 3 15 /03 /mars /2017 19:32

 

Un lutin de mes amis plantait des fleurs dans la rue, au pied d'un arbre de Judée.
C'était sa façon de lutter contre la mocheté et la puanteur de nos villes.

 

Comme souvent, le pied de cet arbre servait de décharge publique
et notre lutin, non content de planter de douces fleurs,

décida, pour fêter dignement leurs floraisons imminentes,
de leur offrir un parterre immaculé

.

 

Muni d'un gant anti cochonnerie,
il nettoya donc tout le pourtour des divers détritus
qui pullulent habituellement dans ce genre d'endroit :
papiers, emballages plastiques, cannettes, etc.

 

Fier de son travail, il imaginait déjà les fleurs écloses le lendemain matin,
égayant la vie des centaines de personnes passant quotidiennement à cet endroit.

 

Hélas, au matin, les 4 jonquilles avaient été guillotinées traitreusement.

 

Très certainement pour être retenues en otage jusqu'à ce que mort s'en suive
dans une triste pièce sans vent, sans pluie et sans soleil.

 

Ainsi s'acheva d'une façon sadique
la douce vie de quelques jonquilles innocentes.

 

*  *  *  *  *

 

En attendant, les deux jonquilles survivantes n'en menaient pas large.
Elle passèrent la semaine recroquevillées dans leur bouton,

n'osant épanouir leur corolle au grand jour.

 

Hélas, les plantes ont ce désagrément de n'être pas des spécialistes de la fuite éperdue
qui est pourtant le mode de survie le plus efficace question sélection darwinienne.

 

N'ayant pas le choix, elles se résignèrent donc, tremblantes de toutes leurs feuilles,
à éclore quelques jours plus tard.

 

Horreur ! Malheur !
Le(la) sérial killeur(euse) les attendait en embuscade.

À peine écloses, elles furent fauchées aussitôt, l'une après l'autre,
sans que notre ami lutin ne puisse voir ne serait-ce que la couleur de leurs pétales.

 

Ainsi s'acheva leurs courtes vies...

 

Heureusement, il reste quelques espoirs...
Nos amies les jonquilles ont la bonne idée de garder quelques réserves

dans un oignon coffre fort, caché au fin fond de la terre.
Là, dans la noirceur et l'humidité tellurique, elle préparent l'avenir.
Et comptent bien retenter leur chance l'année prochaine.

 

*  *  *  *  *

 

PS : Et ceux qui veulent faire remarquer perfidement qu'il ne s'agit pas de jonquilles
mais de Narcissus pseudonarcissus

je leur répond qu'il ne faut pas couper les cheveux en quatre
ni les jonquilles en deux !

 

*  *  *  *  *

 

Ci-dessous les photos du méfait
avec les deux jonquilles survivantes du premier carnage.

 

Où l'on voit qu'on se précipite pour décapiter les fleurs,
mais pas pour ramasser les détritus...

 

 

 

 

Repost 0
16 février 2009 1 16 /02 /février /2009 22:27






Au beau milieu d’un film à mystères, où l’incompréhension se mêle à l’irrationnel, je décide d’aller boire un verre d’eau.
« Flac flac » font mes pieds en entrant dans la cuisine…
«  Flac flac ? ? ?  me dis-je, mais je n’ai pas renversé d’eau ! ? »
Horreur et putréfaction., par les dix milles océans de la galaxie! Mon entrée est inondée ! ! !
Au bas mot un demi centimètre d’eau ! ! !

Branle-bas de combat, ni une, ni deux je sors les sceaux heu non, les seaux, serpillière et autres torchons et commence à éponger fébrilement.
Tout en travaillant j’essaye d’analyser la situation, d’où cela provient-il : entrée inondée, salle de bain aussi, et ça coule dans la grande pièce ! Je subodore donc que cela vient de la salle de bain même si je ne vois rien d’anormal au premier regard.
Je débranche la prise la plus risquée, c’est que je patauge mais si je coupe le courant, je suis dans le noir total, pas facile pour éponger ! J’évacue ensuite ce qui traîne dans mon entrée et qui a commencé à prendre l’eau, je pose ça où je peux dans la grande pièce en pestant sur le manque de place, de table et de trucs en hauteur ! ! !

C’est un grand moment de solitude que d’essayer de faire trois choses en même temps et dans l’urgence. (éponger, évacuer et cogiter).

Bref, après une demi heure d’épongeage fébrile, j’arrive à circonscrire l’inondation et remonte vers la salle de bain. J’établi un barrage de sécurité et fini de protéger ce qui reste vulnérable. Je déménage mes cadres, que j’avais judicieusement placés sur les poutrelles de bois pour les protéger justement d’un cataclysme comme celui-là. Béni soit le jour d’octobre 2008 où j’ai pris cette résolution ! ! !

Le plus gros de l’urgence étant assuré, je commence à réfléchir un peu plus sereinement. Pas la peine d’appeler un plombier tant que je ne sais pas d’où ça vient. Mais j’inspecte tout, murs et plafonds intacts, canalisations évier sèches, radiateur ok, il ne reste qu’un vide sanitaire humide mais vu l’inondation, c’est normal.
Après quelques temps, je vois que le sol sèche, la fuite est donc due à un réservoir qui a l’air d’être vide à présent. Je réinspecte le radiateur mais rien !
Je revérifie tout : plafonds, murs, compteurs extérieurs… Rien de rien, à croire que quelqu’un a ouvert ma porte d’entrée, versé 2 seaux d’eau avant de repartir ! ! !
Pendant une bonne heure j’ai gambergé ainsi en pleine quatrième dimension.

Puis une idée me traverse l’esprit. Je retourne voir le vide sanitaire avec un lampe et inspecte les tuyaux, euréka, de l’eau coule le long d’une gaine ! ! !

Voilà mon mystère élucidé, ça vient d’au-dessus, je pousse un grand ouf de soulagement.
Il est 1h15 du matin, je me décide quand même à aller voir la voisine du dessus (qui se couche tard)
Toc ! Toc ! On m’ouvre, j’expose mon soucis et l’on m’annonce de suite qu’ils savent d’où cela vient !
Le trop plein de la baignoire et cassé ce qui fait que l’eau s’écoule sous la baignoire et file dans le vide sanitaire. Or, une invitée ignorant la situation, appelons la Diane, vient de prendre un bain en faisant couler l’eau abondamment par ledit trop plein ! ! !
CQFD !

Résumons la situation :
Etage 2 : bain de Diane
Étage 1 : grandes eaux
Étage 0 : chutes du Niagara ? ? ? (je n’en sais rien vu qu’elle est absente)

Je redescends serein et rassuré de pouvoir passer une nuit normale sans risquer la noyade.

Et le lendemain matin, vous me croirez si vous voulez, mais quelqu’un sonne à point d’heure et me demande « croyez vous en Dieu ? »
J’ai failli lui répondre qu’en Dieu, je ne savais pas, mais que le déluge, c’était du vécu.




Lundi 16 à 1h30 du matin :

Après m’être lavé les dents, je m’apprête à me coucher lorsque j’entends de l’eau couler dans la salle de bain. La voisine du dessus prend une douche à priori. Comme je suis devenu parano et malgré mon « barrage de serpillière » à l’entrée de la salle de bain je vais vérifier si tout va bien.
Nom d’un requin marteau, l’eau coule encore ! ! !

Je grimpe 4 à 4 les marches pour aller frapper à la porte d’au-dessus.
La voisine prenait effectivement une douche car le plombier était passé faire une réparation d’urgence le matin même. Normalement, tout aurait dû fonctionner mais entre la théorie et la pratique…
Il était moins une !

Moralités :
1 -  Il ne faut jamais se coucher tôt
2 - Je crois que je vais m’acheter un canot de sauvetage pour dormir en paix !



Le trou d'où l'eau s'est écoulée perfidement


Les grandes eaux dans l'entrée



Inondation jusqu'à l'entrée du bureau





Repost 0
23 janvier 2009 5 23 /01 /janvier /2009 01:45
J'ai attrapé une petite grippe il y a 11 jours, et chose étonnante, ce fut contagieux !

Non pas chez mes amis car si je connais le sympathique gaillard qui  m'a prêté ses microbes,
pour l'instant, je n'en ai fait profiter personne.

Or si les humains sont insensibles à mes microbes, ma connexion ADSL, elle, n'a pas supporté mon état,
elle s'est grippée ! ! !

Depuis 9 jours, je n'ai plus de connexion hormis un pauvre modem antédiluvien ! ! !

Comme quoi, contrairement à ce que l'on dit, la technologie s'humanise !






Repost 0
10 décembre 2008 3 10 /12 /décembre /2008 03:54
Ce à quoi l'on peut répondre : Mais pourquoi pas ?

Je ne peux m'empêcher d'être perplexe sur l'intérêt d'un blog et penser à la difficulté de faire quelque chose qui puisse obtenir son public surtout qu'il existe déjà un site (mais qui évolue peu il est vrai).

En fait, la véritable réponse est plus triviale. C'est pour faire taire l'innombrable et unanime fan que j'ai (et qui se reconnaîtra) et qui me dit tous les jours : "mais quand est-ce que bon sang de bonsoir tu vas créer ton blog histoire de sortir de ton trou ?"

Bon, voilà, c'est fait et ca n'a pas été une mince affaire :-)


Disons que c'est une nouvelle expérience et une nouvelle façon d'appréhender le net.

Pour le reste, je ne sais pas avec quelle irrégularité je vais publier ni dans quelle éclectique direction ca va partir !

L'avenir nous dira ce qu'il en est :-)
Repost 0